+90 (212) 293 40 52

Qui sommes-nous

Page Principale Qui sommes-nous

Welcome to Louise Hotel

Au début des années 1910 àBeyoğlu même et ainsi que dans ses environs, beaucoup de bâtiments ont été construits à part les bâtiments qui existaient déjà et qui restaient insuffisants pour pouvoir répondre aux besoins des augmentations périodiques de l’époque. Notre bâtiment aussi, faisant partie de ces derniers,a été construit sur 4 étages le 05 Février 1933 par M. Simon BENARDATE suite à la croissance mouvementé du quartier. Le bâtiment qui a servi pendant presque 10 ans, a connu une rénovation assez détaillée, comme de nouveaux étages, a enfin pris son état actuel le 28 Octobre 1941 comme la plupart des bâtiments du quartier dans le but de pouvoir répondre aux exigences de la population qui augmentait.


Le bâtiment a changé de main aux années 1950, M. Simon BENERDATE l’a vendu à M. Salomon BENERDATE. Apres être resté de longues années au service de Monsieur Salomon et de sa famille, en 2011 il a été racheté par notre société et il a été entièrement rénové et a pris son aspect et ses fonctions d’aujourd’hui.


Notre bâtiment, qui a près de 100 ans d’histoire et qui constitue un des plus beaux exemples de l’architecture classique de Beyoğlu, grâce aux travaux de restauration effectués non seulement il a atteint la qualité de sécurité nécessaire requise mais il est également devenu un des meilleurs exemples des lignes à la fois classiques et modernes.


LA REGION

Durant les époques avant Jésus-Christ, au nord de Haliç (Corne d’Or) il existait un lieu d’habitation dontBeyoğluen faisait partie avec près de cinq cent maison, les bains et le théâtre, appelé en ancien GrecqueSykai ou Sike qui signifie « verger de figuiers ». Puis la région a été entourée par des grands remparts avec une fosse de 10 à 15 mètres de largeur dont la construction a commencé en 1316 ; la région qui était entourée par ces remparts appelés les Murailles du Christ était nommée « RegioScena- RegioSike ». Dans le temps, la région a pris le nom Galat qui était le nom d’une tribu celtique.


LE COMMERCE ET LE DROIT

Selon les lois de l’époque les commerçants étrangers pouvaient uniquement exercer leurs professions dans les limites de Galata et Beyoğlu. Le Sultan Selim, avec un édit Imperial, a élargi la zone d’activité de ses derniers et a déclaré qu’uniquement les personnes habillées en Européenne et portant chapeaux pouvaient exercer la profession de pharmacie et marchand de tissus. A partir de cette date la région est devenu un marché des commerçants étrangers. La région de Galata, qui est devenu un centre de levantins composé par des commerçants étrangers particulièrement des commerçants Juifs, Grecs, Arméniens et Italiens était dirigée par un Voyvoda qui changeait tous les ans au mois de Mars et sur le plan juridique le quartier était attaché au Tribunal de Galata dont le président était un Kadi(juge Ottoman).Les fameux bancaires de Galata, qui vivaient dans ce quartier et qui prêtaient de l’argent aux personnes qui en avaient besoin, ont su imposer leur souverainetématérielle et spirituelle. Le métier de bancaire, qui se trouvait sous le monopole des juifs jusqu’au 19ème siècle, a commencé à être exercé à partir de cette date également par les Grecs et les Arméniens.


L’ARCHITECTURE

Sur le plan architectural, la plupart des anciens bâtiments de Galata ressemblaient aux anciens bâtiments Byzantins de l’ancien Istanbul (Constantinople). Ces bâtiments avaient généralement des consoles sous forme de baies vitrées appelées Cumba.Les raisons de l’utilisation des Cumbas dans les maisons d’Istanbul ; les surfaces des terrains de construction étaient assez limitées donc les Cumbas étaient nécessaires pour pouvoir gagner davantage de places aux étages mais aussi ils servaient d’avoir une vue dégagé tout au long de la rue ce qui permettait une mesure de sécurité contre les ennemis et les raids.


LE DIVERTISSEMENT

Il était impossible d’imaginer Galata, le centre des finances, sans les bistrots, les maisons closes, les femmes et l’alcool et toutes sortes de divertissement. Galata avait une histoire et culture de bistrot très importante, Meyhane en Turc, qui avait commencé dès l’époque Byzantine et qui a continué jusqu’aux années 1930. Par exemple, à l’époque du Sultan Abdülhamid II e bistro de Madame Bella avait une grande réputation. La rue où se trouvait ce bistrot historique a pris le nom de « LeblebiciŞabanSokağı ».Un des plus importants centres de divertissement et de bistros de Beyoğlu qui continue à exister aujourd’hui et qui est appelé « ÇiçekPasajı / Passge des Fleurs » a été construit par le Bancaire HristakiZagrofos qui était un des plus importants bancaires de l’époque.


La Tour de Galata

Selon la légende, les Génois en s’approchant en bateau vers Istanbul, ils ont mangé la chaire de la mouette qui leur indiquait le chemin dans le noir de la nuit parce qu’ils l’avaient considéré commele « Messie ». Par la suite, le bateau a amarré tout seul à l’endroit où se trouvait le nid de la mouette, c’est-à-dire à l’endroit où se trouve la Tour de Galata.Alors ils y ont construit une tour. Donc, son nom « la Tour du Christ » est basé sur une légende. La Tour est construite sur altitude de 35 mètres par rapport à la mer et sur une hauteur de 77, 25 mètres. La tour était entourée par des fossés et petites tours appelées « Lülecihendek », « Büyükhendek » et« Küçükhendek ». De nos jours, les noms de ces fosses sont donnés aux trois différentes rues qui mènent à la tour.


Le diamètre de la place de la tour est de 87 mètres et le périmètre est de 460 pas. La tour, selon les époques, a été utilisée pour de différentes fins ; elle a étéutilisée comme donjon à l’époque du Sultan Soliman le Magnifique (1520-1566) ; comme observatoire à l’époque du Sultan Mourad III (1579) puis comme une tour d’incendie sous la direction d’un responsable de tour.


Hezârfen Ahmed Çelebi

Hezârfen Ahmed Çelebi[1] (1609 - 1640), était un scientifique Turc Musulman du 17ème siècle qui a vécu dans l’Empire Ottoman.Il fut un des premiers hommes qui ont réussi à voler grâce aux ailes qu’il avait élaboré lui-même. Il a vécu durant le règne du Sultan Mourad IV (1623-1640) et a été appelé par le peuple par le nom Hezârfen grâce à la réalisation de son projet de voler et sa connaissance scientifique immense. « Hezar » est un nom d’origine Perse qui signifie le chiffre mille et le nom « fen » signifie la science, donc le peuple l’a baptisé «L’homme aux mille sciences » ou « l’homme qui connait beaucoup de chose


Dans ses premiers essais de vol il fut influencé par İsmail Cevheri, scientifique Turque du Xème siècle.HazerfenÇelebi, qui a étudié en profondeur les découvertes et données de Cevheri, a essayé la résistance des ailes qu’il avait préparées à Okmeydanı, avant de réaliser son vol historique. Par ailleurs, on parle de l’influence d’İsmail Cevheri surLeonardo Da Vinci concernant ses travaux et essais de vol. [Source à préciser]


Hezârfen Ahmed Çelebi, qui est considéré comme une des personnes les plus remarquables de l’histoire de l’aviation Turc, en 1632, un jour de suroît, il s’est jeté dans le vide avec ses ailes ressemblants à des ailes d’oiseau depuis la Tour de Galata et après avoir survolé le Bosphore, il s’est posé à une distance de 3358 mètres depuis la tour, à Doğancılar dans l’ancien Scutari dans la partie asiatique d’Istanbul. Le seul document concernant ce vol se trouve dans le « Seyahatname/Mémoires de Voyage » d’EvliyaÇelebi, grand voyageur de l’époque.


Synagogue Neve Shalom (Neveşalom)

Les Synagogues, qui signifient étymologiquement « L’Oasis de la Paix », ont toujours existé dans l’histoire d’Istanbul.


La Synagogue de Neve Shalom, qui a ouvert ses portes au culte en 1951, est construite en fait par la transformation de la salle de cérémonie de l’Ecole Primaire Mixte Juive No.1. Durant les années 1937, les Synagogues de Kenesit (Apollon) et Zulfaris ne pouvaient plus répondre aux besoins religieux de la population juive qui avait considérablement augmenté à Beyoğlu et à Galata. La communauté juive se trouvait dans l’obligation, avec l’autorisation préfectorale, de louer des grandes salles pour célébrer les grands jours et fêtes comme Pessah, Roch Hachana et Kippour.


En 1937 (5697), la salle qui a été louée pour célébrer la fête Roch Hachana a été évacuée car le leader de la communauté Juive de Beyoğlu et de Galata M.Marcel Franco avait complètement oublié de prendre les autorisations officielles nécessaire pour l’organisation de la cérémonie religieuse. Cet incident a remis encore une fois dans l’ordre du jour la construction d’une nouvelle et grande Synagogue. Pour la construction de la Synagogue, l’emplacement idéal était le terrain, qui se trouvait sur la rue de RefikSaydamCaddesi, à côté du music-hall de Kasablanka, qui a été gracieusement offert à la communauté juive par un juif de Baghdâd M. Elia Kadoorie


Durant les négociations et les démarches, M. Marcel Franco, pour pouvoir alléger un peu la pression exercée sur lui-même et les besoins religieux de la communauté, il a décidé de réunir les deux écoles primaires Juives qui se trouvaient à Galata et transformer en synagogue l’école primaire pour filles qui se trouvait dans la rue BüyükHendekCaddesi. La Direction de l’Education Nationale d’Istanbul, qui a appris que l’école primaire avait été transformée en synagogue, surtout sans avoir aucune autorisation préfectorale, a donc portée l’affaire à la connaissance du Ministère de l’Education Nationale à Ankara. Face à l’avertissement et réprimande justifiée des autorités officielles la communauté s’est trouvée dans l’obligation de retransformer en école primaire l’école primaire qui a été transformée en synagogue.


Plus tard, ils ont décidé encore une fois de transformer ladite école en synagogue, mais cette fois-ci en prenant toutes les autorisations nécessaires et les responsables de la communauté ont visité le célèbre architecte Italien de l’époque Dénari pour lui demander un projet de synagogue. L’architecte Dénari leur a présenté un projet dans une semaine. Par ailleurs, deux jeunes architectes juifs diplômés du Polytechnique d’Istanbul, M. Elio Ventura et M. Bernard Motola ont protesté contre ce projet en disant qu’un œuvre aussi important ne pouvait être réalisé qu’avec les sentiments et ont prétendu que la commission exécutive devrait leur accorder une opportunité, alors la commission a décidé de confier la construction de la synagogue à ces deux jeunes architectes juifs Turcs.


En Décembre 1950 les travaux de construction se sont arrêtés par manque de finances mais les membres de la commission ont accordé un prêt de 50.000 Livres valables pour deux ans.


La Synagogue de Neve Shalom, qui a couté à 300.000 Livres Turques et qui était une somme considérable pour l’époque, a ouvert ses portes le Dimanche matin 25 Mars 1951 (17 Veadar 5711) avec une cérémonie religieuse spectaculaire. Le leader religieux de la communauté Grand Rabbin Rafael Saban, Moshe Benhabib, Dr. S. Abrevatya, les responsables de la communauté juive, les rabbins des autres synagogues d’Istanbul, la presse Juive Turque et de nombreux juifs d’Istanbul ont participé à la cérémonie d’inauguration qui a démarré à 10H30 avec la prière Barouh Aba.


A cette époque, la façade de la Rue de BüyükHendekCaddesi n’existait pas encore et on pouvait accéder à l’intérieur de la Synagogue de Neve Shalom en traversant un long tunnel. La démolition dubâtiment du devant et la construction de la façade a priğs quelques années. Le bâtiment de 4 étages sur 52 m2 appartenant au Maitre ReşatAtabinen, qui se trouvait devantla Synagogue a été racheté le 2 Février 1952 à 40.000 Livres et a été démoli grâce à l’autorisation obtenu en 1960 et la façade actuelle a été construite. Le système sonore de la synagogue a été terminé en Mars 1953 et les portes de la nouvelle façade ont été terminées en 1960.


Il est prétendu qu’à la place actuelle de la Synagogue de Neve Shalom d’aujourd’hui, il existait la Synagogue d’Aragon construite par les Juifs Séfarades immigrés d’Espagne.Dans l’histoire de 40 ans de la Synagogue de Neve Shalom, à part les évènements joyeux tels que de nombreux cérémonies religieux, mariages, Bar-Mitsva, il existe malheureusement des attentats terroristes Ces attentats ont eu lieu le 06 Septembre 1986, le 01 Mars 1992 et le 15 Novembre 2003 et des dizaines de personnes innocentes ont perdu leur vie.